Histoire d’amour entre Séméac et les abeilles

Rédac Mon Journal Local 65 | |
apicité sémeac | Mon Journal Local
Autour de Philippe Baubay, maire de Séméac, et Caroline Bapt, 1ère adjointe, Jérôme Parpandet, apiculteur professionnel, Jean-François Poux, apiculteur amateur, Hubert Buisson, agent communal référent Abeille et Deric Delpech, apiculteur amateur - Photo : C. Barraud, Mairie de Séméac
Temps de lecture : < 1 minute

Parce que leur existence est en danger (destruction de leur habitat, usage de pesticides et d’insecticides, présence de nouveaux prédateurs), la commune de Séméac mène une politique résolument tournée vers la préservation des pollinisateurs. Qu’ils soient abeilles, bourbons, mouches, syrphes ou autres diptères, coléoptères ou papillons de jour ou de nuit, tous ont une valeur ajoutée majeure dans la chaîne du vivant et leur contribution aux besoins humains est immense. « 35% de ce que nous mangeons et 80% des plantes à fleurs dépendent des pollinisateurs c’est pourquoi l’équipe municipale porte un intérêt très particulier à la préservation des pollinisateurs, avec, en « porte drapeau », l’Abeille. Avec la mise en place de menus issus de l’agriculture biologique au restaurant scolaire, la gestion des espaces verts sans pesticide, les actions de connaissance et de sensibilisation à la richesse naturelle séméacaise par l’élaboration de l’Atlas de la Biodiversité communale, la plantation de haies et d’arbres fruitiers… et bien sûr la création de la Communauté de l’Abeille séméacaise, la lutte contre le Frelon asiatique, et l’accueil de 40 ruches d’un apiculteur professionnel… nous participons à la sauvegarde de ces bienfaiteurs » expose Philippe Baubay, maire de Séméac.


En fin d’année 2021, l’Union nationale de l’Apiculture française (UNAF) a reconnu l’engagement de Séméac pour la préservation des pollinisateurs et la protection de l’environnement en lui décernant le label APICITE « Deux abeilles, démarche remarquable ». Cette reconnaissance nationale est établie suivant des critères répartis en cinq grandes thématiques : le développement durable, la biodiversité, la gestion des espaces verts, l’apiculture et la sensibilisation du grand public.
« Séméac est fière de clamer sa reconnaissance pour les pollinisateurs en exposant à l’entrée de la commune, ce panneau aux deux abeilles. Une nouvelle forme de sensibilisation de tout un chacun. Notre action va s’amplifier au fil du temps avec la mise en place de la gestion différenciée des espaces verts qui consiste à favoriser la biodiversité sur des espaces peu ou pas fréquentés par les habitants. Une évidence quand on le dit, mais un changement de pratique que nous devons comprendre et intégrer » conclut Philippe Baubay.

Le cannibale de Nouilhan fait de nouveau parler de lui

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Temps de lecture : < 1 minute

Une enquête interne a été ouverte après l’évasion du cannibale de Nouilhan mercredi à l’Hôpital Marchant de Toulouse. Une fuite qui n’aura duré que quelques heures, mais un temps qui aura été suffisant pour que ce dernier agresse une femme dans le quartier des Chalets avec un manche à balai. Cet ancien militaire devenu schizophrène avait tué en 2013 un nonagénaire à Nouilhan dans les Hautes-Pyrénées. Il avait ensuite mangé la langue et le cœur de sa victime.

Bagnères / Le CCAS et EDF ensemble contre la précarité énergétique

Rédac Mon Journal Local 65 | |
cazabat edf | Mon Journal Local
De gauche à droite : Soraya Bragato, correspondante Solidarité EDF Commerce Sud-Ouest, Emmanuel de Bourmont, directeur territorial EDF des Hautes Pyrénées, Claude Cazabat, maire de Bagnères-de-Bigorre et Laurence Lafforgue, adjointe au maire chargée des affaires sociales. - Photo : Mairie de Bagnères
Temps de lecture : 2 minutes

Le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de Bagnères-de-Bigorre et EDF Commerce Sud-Ouest ont signé une convention de partenariat pour lutter ensemble contre la précarité énergétique, avec l’objectif de faciliter le traitement et de prévenir les situations de précarité énergétique des habitants de la commune, travail engagé conjointement depuis plusieurs années maintenant.

L’accompagnement des équipes solidarité d’EDF et du CCAS vise à sensibiliser les particuliers aux différents dispositifs et procédures d’aides en matière d’énergie comme, par exemple, le chèque énergie, les aides du Fonds de Solidarité ou des éco-gestes, afin de mieux maîtriser les consommations d’énergie. Il s’agit également d’informer et d’orienter le public vers les partenaires habilités à constituer les dossiers de demandes d’aides.

En 2021 dans les Hautes-Pyrénées, EDF a versé 105 000 € au Fonds de Solidarité Logement (FSL), venant ainsi en aide à 339 familles clientes d’EDF en situation de précarité énergétique et confirmant son engagement aux côtés du Département des Hautes-Pyrénées comme principal partenaire privé. Au plan national, EDF est également, à ce jour, le premier contributeur auprès des collectivités avec 20 millions d’euros versés au FSL et redistribués à quelques 77 000 familles.
De son côté, la Ville de Bagnères-de-Bigorre participe annuellement au financement du FSL (à hauteur de 4155 euros en 2021).

« Nous nous préoccupons depuis de nombreuses années de ce problème de précarité énergétique à travers l’action du CCAS », précise Claude Cazabat, le maire de Bagnères-de-Bigorre. « Avec cette convention, notre action va pouvoir s’intensifier. La problématique des dépenses énergétiques est une question sociale majeure mais aussi un défi environnemental. La Ville de Bagnères-de-Bigorre s’est par ailleurs engagée, à travers son programme Petites Villes de Demain, à mener une opération de rénovation globale, et donc énergétique, de logements en centre-ville »

« Depuis plus de 30 ans, EDF est un acteur engagé en matière de lutte contre la précarité énergétique. Cet engagement se traduit par des actions concrètes qui dépassent ses obligations réglementaires, comme la décision de mettre fin à la coupure de ses clients particuliers tout au long de l’année. Ce sont aussi, dans le Sud-Ouest, 24 conseillers des équipes solidarité d’EDF qui se mobilisent au quotidien aux côtés des travailleurs sociaux pour permettre aux plus démunis de bénéficier de soutiens financiers ou de facilités de paiement. Notre engagement aux côtés du CCAS de Bagnères-de-Bigorre en est également l’illustration et c’est avec conviction que nous nous engageons pour aider concrètement les familles qui en ont besoin », indique Emmanuel de Bourmont, Directeur Territorial des Hautes Pyrénées.

La France Insoumise 65 s’oppose à l’hôpital unique

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Temps de lecture : < 1 minute

La Coordination départementale de la France Insoumise a tenu à réagir à l’annonce de la construction d’un nouvel hôpital :

« Suite à la conférence de presse qui s’est tenue le 14 janvier pour annoncer le lancement de la reconstruction des hôpitaux de Tarbes et Lourdes sur un site commun à Lanne, nous tenons à réagir aux propos de Jeanine Dubié.
La parlementaire députée sortante de la 2ème circonscription sous l’étiquette Parti Radical de Gauche est ici clairement sur la voie de droite. Elle s’est livrée à un exercice d’autosatisfaction digne du maître de Candide devant tous les malheurs du monde : « Il est démontré, disait-il, que les choses ne peuvent être autrement : car, tout étant fait pour une fin, tout est nécessairement pour la meilleure fin. » !
Que ce projet soit justifié par la nécessité d’éponger les dettes des hôpitaux existants, voilà un des réflexes des politiques néolibérales : assécher les services publics pour ensuite les fermer ou les restructurer au mépris de l’intérêt général.
Que ce projet soit réjouissant pour les élus locaux du fait du budget exceptionnel accordé par l’État (210 + 48M€), voilà encore un acte de prestidigitation du gouvernement actuel : on déshabille Paul pour habiller Jacques, on crée du travail pour le secteur du BTP et on donne l’impression aux électeurs d’avoir de grands projets !
Loin de ce satisfecit, nous nous alarmons d’une construction à marche forcée aux dangereuses conséquences. Les politiques de santé détruisent le maillage territorial : en 2021, une étude commandée par l’Association des Maires Ruraux de France constate que 37 % des habitants des zones rurales vivent à plus de 30 minutes d’un service d’urgence. Ces 30 minutes sont le temps admis comme seuil critique. Dans notre département, les habitants de la partie sud montagneuse sont actuellement à 45 minutes d’un service d’urgence. Qu’en sera-t-il en 2028, avec la fermeture programmée de l’hôpital de Lourdes ?
Selon nous, le rôle d’un parlementaire est de combattre aux côtés des élus locaux les fractures territoriales. Notre objectif est celui-ci : un accès égal pour tous à une offre de soins sur tout le territoire de la République. »


Grégory Korn – Victoria Klotz – Sylvie Ferrer – Benjamin Sire
Pour la coordination France Insoumise 65

Des tags sur l’enceinte du 35e RAP

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Temps de lecture : < 1 minute

Des tags découverts sur le mur d’enceinte du 35ème RAP à Tarbes. Des tags qui visaient le Préfet des Hautes-Pyrénées ainsi que le Maire de Tarbes et qui les accusaient d’appliquer des lois liberticides dans le cadre des mesures sanitaires. Des tags rapidement effacés, mais le ou les auteurs de ces inscriptions n’ont pas été identifiés.

Un chantier participatif autour de la nature à Séméac

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Temps de lecture : < 1 minute

Dimanche 23 janvier 2022, la commune de Séméac vous propose de prêter mains fortes, concrètement, à votre rythme et selon vos capacités, à la nature. Durant quelques heures, à l’occasion d’une journée qui se veut conviviale et familiale, vous contribuerez à replanter près de 1,5 km de haies bocagères sur des parcelles agricoles en limite de la forêt de Séméac. Les haies bocagères sont des alliés importants de la faune et de l’homme. Elles contribuent à protéger le sol et les animaux du vent et de la chaleur, et à stabiliser le sol. Elles offrent un abri et une ressource alimentaire à la faune.
Les inventaires et la cartographie des habitats réalisés dans le cadre de l’Atlas de la Biodiversité Communale de Séméac ont montré le grand intérêt de cette démarche qui contribuera à la restauration de la trame verte (couloir écologique). La prise de conscience collective et l’opportunité de cette plantation impulsée par la commune de Séméac et accompagnée par l’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, ont permis d’organiser ce chantier grâce à l’engagement des propriétaires des parcelles.
Le rendez-vous est donné à 9h30 dimanche 23 janvier, devant le Pont à l’entrée du Bois de La Barthe. La journée sera ponctuée d’ateliers de sensibilisation à la nature et d’un pique-nique tiré du sac. La commune proposera boissons chaudes et galettes.
Prévoir gants de jardinage, seaux et vêtements chauds, éventuellement une petite pelle de jardinage et un arrosoir (les plants sont petits).
Inscription et information en mairie de Séméac, au 05.62.38.91.00 ou par mail : caroline.bapt@semeac.fr

Le PCF 65 soutient les enseignants

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Temps de lecture : < 1 minute

La Fédération du PC des Hautes-Pyrénées appelle les personnels de l’éducation, les parents d’élèves et les lycéens et étudiants à manifester jeudi 13 janvier à 10 h 30 à Tarbes, pour faire entendre leur colère et obtenir une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires,
scolaires et sociaux. En effet de la maternelle au lycée, la situation est vite devenue explosive depuis la rentrée pour les élèves, les familles et les personnels. Une réalité que le ministre de l’Éducation Nationale a de plus en plus de mal à masquer. L’épuisement et l’exaspération de toute la communauté éducative atteignent un niveau inédit.
Alors que le coronavirus a bouleversé la situation sanitaire cette situation de crise exacerbe un contexte que nous connaissions bien avant. La lutte contre les inégalités sociales de réussite scolaire, pour la démocratisation de l’accès aux savoirs sont au cœur des propositions du Parti Communiste Français. Depuis de nombreuses années, on a privé nos enfants de temps d’école, transférant aux familles, aux communes une partie des enseignements et de ce qui doit être fait à l’école.
Pour cela il faut transformer les pratiques. Il ne s’agit pas seulement d’augmenter le temps scolaire, mais de donner du temps aux équipes pour lutter contre les inégalités sociales de réussite scolaire. L’argent existe, il faut le prendre sur les revenus du Capital, l’évasion fiscale qui coûte à notre pays plus de 120 milliards d’Euros.


Les communistes proposent :

  • Un plan national pour rouvrir des écoles et des collèges sur tout le territoire et réduire le
    temps passé dans les transports, rénover, équiper, construire là où c’est nécessaire ;
  • Des effectifs réduits dans les classes : pas plus de 20 à 25 par classe en fonction du
    niveau ;
  • Un fond national pour garantir la gratuité de tout ce qui est nécessaire à la réussite scolaire.
  • Plus d’école, c’est nécessairement plus d’enseignants : 90 000 recrutements
    immédiatement !
  • Plus d’école, ce n’est pas plus d’heures pour les enseignants : au contraire, ils ont besoin
    de temps pour travailler en équipe, se former, réfléchir à leur pratique… : plus de maîtres
    que de classes en primaire ; un temps de concertation inclus dans le service pour tous les
    personnels.
  • Rattrapage des salaires (+30% et dégel du point d’indice)
  • Mise en place de dispositifs de pré recrutement aux niveaux Bac et Bac+2, sous statut de
    la fonction publique, pour une entrée progressive et sereine dans le métier.

Présidentielle : la caravane de l’engagement samedi à Tarbes

Rédac Mon Journal Local 65 | |
lfi 65 | Mon Journal Local
Temps de lecture : < 1 minute

Les militant.e.s de la France Insoumise, soutiens du candidat Jean-Luc Mélenchon, s’installeront devant le local de l’Union Populaire au 2 rue Jean Perrin à Tarbes de 16h30 à 19h30.


L’objectif de cette caravane est la mobilisation militante dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Depuis des mois l’Union Populaire reçoit de nombreux soutiens. Ces personnes ont été rencontrées lors d’actions, de manifestations, de la campagne « Coup de Fil »(appel téléphonique aux sympathisants) ou tout simplement dans des échanges personnels. Ces sympathisant.e.s ont éprouvé le besoin de s’investir, c’est pourquoi la coordination de la France Insoumise des Hautes Pyrénées les convie à ce moment de rencontre.


La caravane de l’engagement pour l’Union Populaire sera le moment de se découvrir ou de se redécouvrir afin de discuter de futures actions et de la possible implication de chacun.e dans la campagne. Cet engagement est fondamental pour changer les règles du jeu. Avec le programme l’Avenir En Commun, l’Union Populaire est en mesure de proposer un autre choix de société.

Il s’articule autour des cinq grands enjeux auxquels nous devons faire face: vivre libres et citoyens, s’adapter au système de la nature, unir pour bien vivre, humaniser les personnes et la société, et enfin, humaniser le monde. À moins de 90 jours du 1er tour, l’heure n’est plus aux tergiversations. La mobilisation de chaque citoyen.ne à partir du programme de l’Union populaire, porteur des objectifs d’une gauche écosocialiste, c’est maintenant !

Tarbes/ Le procès d’un médecin annoncé

Rédac Mon Journal Local 65 | |
Medecin stethoscope 0 729 486 | Mon Journal Local
Temps de lecture : < 1 minute

A Tarbes, un procès programmé le 2 septembre prochain va faire du bruit. A la barre, un médecin accusé par une mère de famille de ne pas avoir détecté la trisomie 21 de son bébé lors d’une échographie, un enfant désormais âgé d’une dizaine d’années. Au cours de l’enquête, les expertises avaient établi que le docteur avait usurpé un diplôme le déclarant apte à détecter les cas de trisomie 21. Il encourt un an de prison et jusqu’à 15.000€ d’amende.

Séméac / Des écoliers sensibilisés à la biodiversité

Rédac Mon Journal Local 65 | |
séméac | Mon Journal Local
Des écoliers en action pour l'environnement - Photo : Ville de Séméac
Temps de lecture : < 1 minute

Equipés de leur sac et de leur enthousiasme, les élèves de CP et de CE1 de l’école élémentaire Arbizon- Montaigu, sont partis à la découverte de la biodiversité du bois de Labarthe à Séméac, jeudi 6 janvier 2022.
Guidée par Ronan et Thomas LATTUGA (Bureau d’études Parçan), cette sortie était placée sous le signe du bilinguisme. Un groupe emmené par madame LEFEBVRE, maitresse pour la partie langue française, était ainsi animé en occitan, l’autre groupe emmené par madame BARBAZAN, maitresse pour la partie langue occitane, était animé en français.
Chaque enfant a pu partir à la recherche des feuilles, des fruits, des bourgeons et des écorces des différents arbres du bois. L’objectif de cette sortie était d’apprendre à observer et à reconnaitre les différentes essences présentes au bois de Labarthe. C’est avec fougue et entrain que les enfants ont ainsi pu passer un après-midi au plus près de la nature, sous une météo clémente pour l’occasion en ce jeudi après-midi.
La concentration fut à son comble à la découverte des œufs de grenouilles rousses que les enfants ont pu très clairement observer. Les questions furent nombreuses et l’intérêt palpable. Et c’est avec de nombreuses anecdotes à raconter à leurs parents qu’ils repartirent en fin d’après-midi, leurs sacs garnis de petits trésors qui leur serviront à créer, avec leurs maitresses, un herbier pour l’école.
Cette sortie pédagogique a été organisée en partenariat avec la mairie de Séméac dans le cadre de la sensibilisation des habitants aux richesses environnementales réalisées pour l’Atlas de la Biodiversité Communale.