Le come-back de la musique sacrée à Lourdes

Thomas Simonian | | ,
jean francois zygel lg | Mon Journal Local
Le grand pianiste Jean-François Zygel à Lourdes le 5/12 - Photo : DR
Temps de lecture : 2 minutes

Ciné et musique. Le « Festival de Musique Sacrée » de Lourdes est enfin de retour suite à de nombreux reports liés à la crise COVID. Il va notamment nous proposer un rendez-vous original avec un ciné-concert porté par le grand pianiste Jean-François Zygel. Afin d’en savoir plus, nous avons pris un chocolat chaud en compagnie du président du festival, Arnaud Penet : « La musique va nous faire oublier l’actualité … » Une promesse qui en dit long sur les ambitions de la programmation.

Le « Festival de Musique Sacrée » de Lourdes est une institution. Son histoire ? Il y a près de 55 ans, deux musiciens très complices et amis, Kurt Redel et Georges Loustalot, ont initié la création de l’événement. Arnaud Penet, président du festival, nous conte les débuts : « Ils étaient tous les deux flûtistes de renommée internationale, ils ont parcouru le monde entier et étaient des références dans le milieu. Georges Loustalot a terminé sa vie en Bigorre et a été professeur à Tarbes. C’est donc ici qu’avec son ami Kurt ils ont eu l’idée du festival qui va donc démarrer dans les sanctuaires. C’est d’ailleurs dans la Basilique du Rosaire qu’ont eu lieu les premiers concerts. Nous avons consulté les archives et je peux vous assurer que dès les premières années les plus grandes stars internationales sont venues à Lourdes. Les concerts et récitals étaient diffusés via l’ORTF (office de radiodiffusion-télévision française) de l’époque, c’était énorme ! » Ce rendez-vous est donc devenu incontournable au fil des ans, et aura permis à Lourdes d’entretenir ce lien charnel entre l’art et la spiritualité.

Le COVID est passé par là

Depuis deux ans, comme beaucoup d’autres festivals à travers le pays, cet événement a subi plusieurs revers et annulations. Une situation difficile à gérer pour l’association organisatrice et son président : « Le premier confinement a été pour nous synonyme de première annulation. Et depuis plus rien ne se passe normalement … La situation nous a obligé à aller, au gré des pics épidémiques, d’annulations à divers reports. Cette crise sanitaire a eu pour nous des conséquences économiques importantes car dans la plupart des cas les dépenses de production et de communication étaient engagées. Il a fallu faire face, mais je tiens à souligner que les collectivités locales et le Ministère de la Culture ont vraiment été au rendez-vous avec un maintien des subventions. » L’objectif est donc désormais d’ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de ce festival : « Nous sommes engagés dans une quête profonde de renouveau, avec la volonté d’aller à la rencontre de nouveaux publics. Nous souhaitons travailler à un élargissement des programmes et du contenu avec l’objectif d’initier de nouveaux publics à la musique sacrée. C’est d’ailleurs le sens que nous donnons à la venue cette année de Jean-François Zygel. »

« Musique, peinture, cinéma : la rencontre magique entre trois arts majeurs »

Arnaud PENET

Un « sacré » ciné-concert

Voici donc un événement singulier qui se prépare dans le cadre de cette nouvelle édition du « Festival de Musique Sacrée », avec le ciné-concert proposé le 5 décembre prochain au Palais des Congrès. Le médiatique pianiste Jean-François Zygel va y improviser pour accompagner le grand film de Cecil B. DeMille, « Le Roi des rois » : « Je suis persuadé que nous allons assister à un grand moment. C’est un film que Jean-François Zygel a mis spécialement à son répertoire pour nous, et qui raconte la Passion du Christ vue par les yeux de Marie-Madeleine. Ce rendez-vous va être exceptionnel car il va s’agir d’une création unique et éphémère. Par ailleurs, il y aura également le même jour et au même endroit l’exposition de Philippe Pujo « Ecce Homo » ; la rencontre magique entre trois arts majeurs (musique, peinture, cinéma) qui vont traiter du même thème, et qui vont donc agir sur notre perception du beau et du vrai », nous confie Arnaud Penet. Une chose est certaine : Lourdes sera bien durant quatre dates la capitale de « la musique sacrée ». Les touristes sont bien évidemment conviés à ce rendez-vous, mais le président du festival affirme « que ce sont avant tout les hauts-pyrénéens qui viennent, et c’est une grande satisfaction pour nous. Il y a ici un vrai public pour ce type de musique ! »

Programme 

Le 4/12 Rencontre avec JF Zygel à la Médiathèque (Lourdes) à 15h, le 5/12 Ciné-Concert « Le Roi des rois » au Palais des Congrès (Lourdes) à 16h, le 11/12 Ensemble Le Caravansérail au Conservatoire H.Duparc (Tarbes) à 20h30, le 12/12 Concert de Noël – Maîtrise de Toulouse à la Basilique de l’Immaculée Conception (Lourdes) à 16h

On the web : festivaldelourdes.fr